Du vintage aux Ateliers Bouchez, à Lille.


L’Art de flâner


J’ai découvert les Ateliers Bouchez, au 9 rue Hovelacque, à Wazemmes. Cette ancienne entreprise, gérée à l’époque par une famille arrageoise, date du début du 20é siècle. Aujourd’hui,  cet établissement permet aux entreprises d’organiser des séminaires. Les artistes peuvent également exposer leurs créations dans un lieu unique de 140m². J’ai participé à la première édition de l’événement « Flânerie Vintage » qui se déroule en ce moment même et durant tout le weekend. De magnifiques plantes grimpantes ornent la façade des bâtiments et des transats colorés vous emmènent tout droit dans cet univers spacieux et industriel. Je n’y suis pas allée dans l’optique d’acheter mais juste pour découvrir des objets insolites et parfois inconnus. Je vous invite à vous y rendre sans plus attendre! Evénement Facebook Ξ

 

Jus d’ananas-pastèque

 


IMG_5306

L’Art de flâner

C’est un délicieux cocktail que mon conjoint m’a fait découvrir en finissant une grande quantité de fruits achetés pour décorer nos tables lors d’une soirée. Mixez la même quantité de pastèque et d’ananas, coupés en morceaux, avec un peu d’eau. A servir très frais!

 

Bouteille en verre: Action

Linge de table: Tex Home

 

Photos du restaurant Empreinte


 

L’Art de flâner

Quand je me perds, je tombe souvent sur des perles. Ce restaurant était fermé quand je suis passée mais sa décoration est remarquable et résume bien les valeurs qu’il représente:

 « Nous vous proposons une table « néo-gastronomique » dans laquelle nous souhaitons partager notre vision de la restauration actuelle, une étroite collaboration avec nos fournisseurs et producteurs.
Une cuisine d’émotions, instinctive, simple et élégante guidée par la nature et le végétal dans une ambiance, aux aspects bruts et nature » Ξ

 

170 Avenue de l’Hippodrome, 59130 Lambersart 

Un passage à Bruxelles


L’Art de flâner

Bruxelles est une ville dont j’entends rarement parler. Et pourtant… Il faut voir la Grand Place et ses infrastructures conçues sous le style flamand. C’est là que se situait la maison du roi, remplacée aujourd’hui par le musée de la ville. Il faut aussi monter pour atteindre la Place Pollaert qui offre une jolie vue d’ensemble sur la capitale.  La Place Royale vaut également le coup d’oeil. Les Galeries St Hubert sont majestueuses

Manneken Pis, l’habitant le plus ancien de la ville, ainsi que son pendant féminin Jeanneke Pis, n’ont pas finir de faire parler d’eux! Vous tomberez toujours, et par hasard, sur les personnages de Tintin, joliment représentés sur certains bâtiments.

Dans la rue Neuve, les magasins s’enchaînent. J’ai enfin pu rentrer dans la superbe boutique La fiancée du Mékong.

Et si l’énergie manque, je vous conseille le restaurant thaïlandais Yaki. Les plats sont délicieux et peu onéreux. Il faut s’attendre à profiter du lieu un certain temps, les places se remplissant bien vite… Nous nous sommes arrêtés au Forestier pour boire des bières et manger des frites avec les doigts, servies dans des bols. Les clients sont agréablement accueillis par le personnel. Les maisons voisines sont très jolies.

Nous avons perdu du temps à trouver une place dans le centre ville. Je vous conseille alors de laisser votre véhicule à l’extérieur, d’emprunter les transports en commun ou le train.

2015

 

Ma box démaquillant du « P’tit crapaud »


 

L’Art de flâner


Depuis longtemps je souhaite réaliser mes produits de beauté naturels. J’avais souvent une (fausse) raison d’y renoncer. De toute façon, au plus on attend au plus le plaisir est intense. C’est bien connu! Je réalise très peu d’achats sur internet mais j’avais repéré cette « Box démaquillant » sur le site du P’tit crapaud à la demande d’une liste de cadeaux souhaités.  Le site est coloré, clair, intéressant et propose de nombreux produits de base pour une maison et un corps sains ! Je suis très contente de commencer en tant que « créatrice » grâce à cette box cartonnée qui offre un parfum délicieux dès son ouverture. J’espère continuer dans cette voie et vous la transmettre… Ξ

Produits pour réaliser son démaquillant:

× Eau de chaux
× Cire d’abeille jaune
× Huile de noisette
× Flacon réutilisable

Total: 21€

Las Vegas – Août 2015


L’Art de flâner

Las Vegas ou la ville de tous les excès… Des habitants de la ville que nous connaissons ont accepté de nous héberger le temps d’une semaine. Nous avons dormi dans deux jolies maisons dont l’une d’elle se trouvait dans un quartier résidentiel privé, avec piscine et jacuzzi !

A notre arrivée, il faisait plus de 50 degrés. Las Vegas, c’est un désert situé à plus de 4h de route de la côte californienne. Le temps est très sec et notre sueur s’évaporait à la moindre exposition. Certains enfilent leur pull quand ils sortent du travail « pour garder la fraicheur de la climatisation sous les vêtements » m’a t-on dit. Je vous laisse donc imaginer l’incroyable sensation de chaleur qui règne en été sur ce territoire…

Nous avons découvert les hôtels-casinos Luxor, Excalibur et New York New York où nous avons testé ses montagnes russes! Les clients des casinos peuvent s’habiller comme ils le souhaitent, ce qui m’arrangeait bien puisque j’étais plus souvent en sandales qu’en talons hauts. Boire et fumer en voyant son argent s’échapper petit à petit, voilà l’une des addictions les plus appréciées du coin ! L’accès aux jeux est interdit aux enfants et aux jeunes adultes qui trouveront leur bonheur dans des espaces plus adaptés proposant des jeux d’arcade, de grue, des babyfoot, des air hockey, etc.

Sur Freemont Street, il y a des tyroliennes culminées par des écrans géants alignés sur plus de 400m. Nous n’avons pas pu nous rendre dans cette attraction puisqu’un concert se déroulait en parallèle et la personne qui nous accompagnait avait moins de 21 ans. Une nuit encore, nous avons arpenté quelques boulevards en nous arrêtant au Hard Rock Café et aux fontaines du Bellagio. Quel magnifique spectacle! Nous sommes passés devant le fast-food Heart Attack Grill. Dans cet établissement, seules les personnes pesant plus de 175kgs peuvent manger gratuitement ! Le chef se métamorphose en médecin et les serveuses en infirmières. Ainsi, les clients susceptibles de ne pas payer leurs burgers sont pesés à leur arrivée…

Nous avons brunché au Egg Works et pris le petit déjeuner à l’hôtel Gold Coast. Dans ce dernier, nous avons eu le plaisir et la chance de dormir dans une suite dont la superficie atteignait presque celle de l’appartement que nous avions à l’époque. Nous sommes allés au bowling et avons dîné dans un très bon restaurant mexicain.

Côté shopping, j’ai pu découvrir Walmart, premier groupe mondial spécialisé dans la grande distribution. Le magasin Michael’s propose du matériel pour les activités manuelles à n’en plus finir. Je suis aussi allée chez Ross où des marques sont proposées à des prix très accessibles. J’en ai profité pour aller chez Target et Old Navy qui appartient à la marque GAP. Pier One, très beau magasin, est spécialisé dans la décoration. Las Vegas South Premium Outlet est un centre commercial regroupant une liste interminable de magasins.

Nous avons passé une superbe journée au parc aquatique Wet’n’wild, situé dans un oasis. Les jeux sont variés et adaptés à toute la famille.

On nous a emmené au Lake Mead situé à environ 45 minutes de Las Vegas. Un bateau, fixé à l’arrière de la voiture, nous aura permis de naviguer sur ce lac artificiel qui se trouve à la frontière du Nevada et de l’Arizona. Pendant le trajet dont la destination se résumait à une petit plage déserte, nous sommes descendus du bateau pour se baigner dans l’eau calme bercée par des rochers pourpres et parfois dorés lorsque le soleil est au plus bas. Sur les roches, d’élégantes empreintes sont dessinées par l’eau dont la quantité diminue d’année en année à cause du réchauffement climatique. De la pluie et un orage impressionnant nous ont suivi sur le retour. Je n’étais pas très rassurée mais moi qui aime l’aventure, j’ai été servie! Mouillée pour mouillée… Cette journée restera malgré tout mémorable!

Las Vegas, c’est donc une ville qui consomme de l’électricité à n’en plus finir. Les habitants on l’air plutôt détendus et c’est assez facile de rencontrer des personnalités. Les commerces sont ouverts une bonne partie de la nuit et il est impossible de s’ennuyer. Et si l’argent manque un peu, il suffit de s’éloigner de l’agglomération pour savourer les bienfaits de la nature et contempler des paysages qui s’accordent à la météo et qui sont toujours bien plus que remarquables!

 

Nadia et son addiction pour les jeux vidéos, comics et cosplay


Bordel de nouilles


Nadia, libraire, partage son opinion sur une panoplie de jeux vidéos et de comics ainsi que sur les conventions auxquelles elle participe. En plus d’être une fan inconditionnelle de cosplay, elle parle également de son envie de lancer sa chaîne Twitch. Retrouvez cet univers et son addiction pour la marque Adidas sur son site internet.

D’où te vient cette passion pour les comics?

C’est un pur hasard. J’étais tombée sur un numéro de Spawn à mon bureau de tabac lors de mon adolescence et j’ai tout de suite accroché à cet univers. Puis je m’y suis interessée et j’ai découvert Sin City, Watchmen et les X-Men dont je suis extra fan, surtout la série Astonishing.

Quelle a été ta première console et/ou le premier jeu vidéo auquel tu as joué?

La Nintendo System avec Alex Kid intégré.

Tu fais parfois partie des cosplayers lors de certains événements. Comment te sens-tu dans la peau de personnages symboliques?

J’oublie complètement ma réserve, ma timidité. Les conventions sont complètement un autre monde où tu peux être ce que tu veux à n’importe quel âge, avec n’importe quel budget. C’est donc plus facile d’être ‘quelqu’un d’autre’. C’est un jeu de rôle grandeur nature.

Quel personnage(s) t’attire(nt) le plus?

Chocobo ! Suivi de très près par Yoshi et Luigi.

Comment t’informes-tu sur les divers événements?

Sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter) et par le bouche à oreilles.

Où trouves-tu les costumes que tu portes lors des conventions? 

Si c’est pour faire des choses simples, je trouve une bonne partie sur Aliexpress et EBay. J’aimerais prendre des cours de couture pour pouvoir peut être un jour les fabriquer.

Ton métier te permet-il de partager ta passion avec les clients? 

Pas vraiment. Il n’y a pas de comics là où je travaille mais j’adore les livres en général.

 

 

Découverte du cirque Arlette Gruss

 


F. Vallon


C’est la première fois que je me rendais dans un cirque aussi conséquent. A vrai dire, je n’ai aucun souvenir d’être déjà allée au cirque. Jusqu’à maintenant, j’ai toujours trouvé ce monde un peu effrayant, en particulier les clowns… Et puis je n’ai jamais eu envie de voir des animaux se dandiner dans un milieu qui leur est inapproprié. Pourtant, je n’ai pas résisté à offrir un ticket à mon filleul, intéressé à ce moment là par le domaine du cirque et des animaux. La surprise était bien plus grande que ce à quoi je m’attendais…

A notre arrivé, j’étais déjà impressionnée par la hauteur des chapiteaux. Le rire des enfants et la joie se manifestant sur le visage des adultes résumaient d’avance les valeurs du spectacle. Une personne nous a gentiment accompagné jusqu’à nos places. Les sièges n’étaient pas très confortables mais nous étions juste devant la piste et la qualité de la représentation m’a permis d’oublier ce détail. J’avais peut être eu raison d’anticiper et de prendre les billets bien à l’avance!

Le spectacle a commencé avec l’interprétation incroyable de la chanteuse et de l’orchestre, placé dans l’ombre mais culminant la porte d’entrée des nombreux intervenants. Les déguisements, la mise en scène, la gestion du son et de la lumière prouvent l’engagement profond de chaque membre dans leurs fonctions, aussi variées soient-elles.

Les motos ont une place prépondérante. Un motard réalisait des allers-retours sur un câble passant au dessus des spectateurs. D’autres encore ont sillonné une cage en forme de sphère qui tremblait sous les nombreux passages. Malgré l’odeur d’essence, les sensations étaient extrêmes.

Même si, d’après moi, le cirque ne devrait se limiter qu’à la présence d’artistes qui ont choisi de travailler dans cette voie, les animaux semblent être accompagnés convenablement par les membres d’Arlette Gruss. La visite du zoo m’a permis de confirmer ce propos.

Un hypnotiseur invitait toutes les personnes majeures à réaliser un exercice. J’avais déjà suivi, dans un autre contexte, des séances d’hypnose. J’avais envie de comparer la thérapie que j’ai suivie à de l’hypnose de spectacle. Le public qui parvenait à réaliser le premier exercice pouvait se regrouper sur scène. Ca n’a pas été le cas pour moi mais je voulais absolument connaître la limite que le professionnel pouvait atteindre. J’étais incroyablement surprise quand il a compris le petit jeu de certains d’entre nous. Il nous a gentiment demander de retourner à nos places. Les autres personnes pouvaient rester. Ils ont littéralement croulé sous les ordres de l’hypnotiseur. Je ne vous en dis pas plus…

Un rider de BMX  a également exploité la scène, passant par dessus des obstacles dont moi qui a été choisie pour ce tour inoubliable! Après m’avoir rassurée, le rider a commencé ses figures. Je sentais les mouvements du vélo qui tournait au dessus de ma tête. J’aime me lancer des défis loufoques mais j’avoue que j’ai eu très peur quand les roues se trouvaient à quelques centimètres de mon visage… J’ai donc fermé les yeux en me concentrant sur les applaudissements du public.

Dans ce que je retiendrai le plus, ce sont les figures qu’ont réalisé la danseuse, s’entremêlant dans son tissu aérien, ainsi que les athlètes, effectuant des multiples pirouettes et saltos sur des trampolines géants.

Le spectacle ne s’arrête jamais même pendant les changements de décors et la préparation des artistes puisqu’un clown occupe et amuse constamment le public.

L’entracte a laissé suffisamment de temps pour permettre à chacun de se rendre aux toilettes gratuitement, se dégourdir les jambes et profiter des confiseries et hot-dog à moindre prix. Nous retrouvions derrière les comptoirs les artistes vus précédemment sur scène.

En résumé, j’ai beaucoup aimé ce spectacle qui a duré plus de 2h00! Mes idées sur le cirque en général ont changé mais la présence d’animaux me gênera toujours autant. Chez Arlette Gruss, c’est comme si les artistes et les spectateurs se réunissaient pour un temps limité dans le but de promouvoir les talents de chacun et d’enthousiasmer petits et grands.


J’ai envoyé un message sur la page Facebook officielle d’Arlette Gruss pour avoir l’autorisation de publier ce texte. Une personne m’a gracieusement répondue en ajoutant ces mots: « Pour nos Amis partenaires animaux, apprenez que nous avons dans la Sarthe un immense terrain ou nous leurs donnons la possibilité de vivre une heureuse retraite, et d’être en tournée dès que les emplacements nous le permettent. Nos Amis bénéficient de grand enclos et de tous les soins et soigneurs, voir vétérinaires si besoin est. Nous les considérons comme des membres de notre grande Famille. ».

Je l’ai remerciée pour ces paroles rassurantes.


Moment improvisé à Paris


L’Art de flâner


 

Avec mon compagnon, nous avions prévu de passer un weekend en amoureux à Paris et d’aller voir la famille dans une ville située à proximité. Pour raison médicale, au dernier moment, je me suis retrouvée seule avec les billets de train en poche. Comme je n’avais pas pris l’assurance annulation, il aurait été dommage que je reste à la maison alors qu’il y a tellement de choses à voir ou à faire dans une ville comme Paris. Nous n’avions pas prévu de programme, j’appréhendais donc de m’ennuyer en y allant seule mais ça aurait d’autant plus été le cas en restant enfermée… J’ai pourtant passé un super moment en compagnie de ma famille et en flânant seule dans les rues de la capitale.

Je suis arrivée à Paris samedi en fin d’après midi. Comme je n’avais pas beaucoup de temps devant moi avant d’emprunter une autre ligne, je suis restée dans les alentours de la gare du Nord et de l’Est. Je suis allée jusque l’Eglise Saint-Vincent-de-Paul. Malheureusement celle-ci était fermée mais l’architecture vaut le détour. En ce mois d’avril, la chaleur était étonnamment étouffante. L’ombre m’a fait venir jusqu’au bar A la ville d’Epinal, aux abords de la gare de l’Est. Vue l’heure, il n’y avait pas grand monde mais des instruments de musique sont à disposition pour la plus grande joie des artistes! Le soir, cet établissement doit être très animé. Ensuite, je suis allée à la librairie La Balustrade dans laquelle se trouve de nombreux livres sur les sciences sociales. Un livre sur la dyslexie a pris place dans mes bagages. Le calme qui règne dans cette jolie boutique change des bruits incessants de la ville.

Un peu plus loin, sur le Boulevard de Magenta se trouve le marché couvert Saint-Quentin où il est possible de manger du poisson frais sur place ou d’acheter des fruits et légumes bio. L’intérieur de ce marché fait penser à des petites ruelles vous menant tout droit aux producteurs (si seulement…).

Après ce moment passé avec ma famille, j’étais de retour à la gare de l’Est. J’avais plus de 5h devant moi… Je savais qu’une exposition sur Vermeer était en cours au musée du Louvre. Seulement, il n’y avait plus de place. J’ai pris mon temps pour manger un plat délicieux à L’auberge du Louvre, restaurant traditionel qui se trouve dans la rue Saint-Honoré. Je suis passée à nouveau par le Louvre pour continuer tranquillement mon chemin aux Jardins des tuileries. Je suis tombée par hasard sur le Musée de l’Orangerie dans lequel se trouvent des oeuvres de Claude Monet, Pablo Picasso, Pierre-Auguste Renoir et bien plus encore. Le contrôle des sacs est très sécurisé. Le public se trouve dans l’obligation de mettre le sac à dos dans des casiers. En échange, l’hôtesse vous donne un beau petit sac cartonné pour y mettre vos objets de valeur. Cela vous permet de passer un bon moment sans avoir mal au dos. La boutique de souvenirs est très belle. Les couleurs, basées principalement sur celles qu’utilisait Claude Monet, sont omniprésentes sur les bijoux « Made in France », foulards, bloc-notes, etc. Pour clôturer cette jolie après midi, j’ai traversé la Seine par le pont Alexandre III pour reprendre le métro en direction des gares.

 

Commencer l’espagnol grâce l’application Duolingo


Capture d_écran 2017-04-29 à 13.49.44

L’Art de flâner


Sur cet article, je vous disais que j’avais réappris les bases de l’anglais grâce à l’application Duolingo. Cela m’a paru simple même si la grammaire me pose toujours un peu problème, tout comme en français d’ailleurs… Ce n’est pas facile de reprendre là où on a commencé il y a plus de vingt ans!

Si j’ai commencé par l’anglais, c’était surtout pour découvrir le niveau de l’application. J’ai vite apprécié et j’étais pressée de terminer pour passer à la version espagnole. Je n’ai jamais appris cette langue auparavant alors c’était encore plus plaisant d’être dans la découverte totale! Maintenant que je commence  à acquérir les bases, je ressens l’envie d’acheter des livres d’apprentissage plus complets.

Je me répète par rapport à l’article précédent mais l’application est vraiment adaptée à tous. Elle est bien faite, simple d’utilisation et ludique. Vous pouvez passer les tests comme bon vous semble, peu importe votre rythme. Ce n’est qu’une application, pas un professeur qui vous impose des notions et des interrogations n’importe quand.