Les aventures de notre déménagement

 


Photos: L’Art de flâner

Le dessin avec l’oiseau fait partie d’un calendrier trouvé gratuitement dans un magasin de Florence. La petite boite à fleurs vient de chez Sostrene Grene. La peinture du bonhomme « ange » était déjà là à notre arrivée. Plein de jolies peintures enfantines arborent les murs de cette chambre… La console a été achetée aux Meubles de septentrion. C’est un super magasin qui se trouve dans la campagne de Marcq-En-Baroeul. A découvrir absolument ! Je ne vous en dis pas plus. La surprise est bien mieux.


 

Si je me suis absentée ces derniers temps, c’est parce que nous venons d’emménager dans notre maison. Maintenant que notre bureau est installé, je peux prendre plus de plaisir à partager avec vous les mésaventures que nous avons rencontrées dernièrement.
Quelques jours avant notre emménagement, l’un de nous s’est blessé en skate. Nous avons passé une paire d’heures aux urgences. C’était un samedi soir un peu original. Comme ce n’était pas assez, il a fallu que d’autres choses se produisent…
Arrivés chez le notaire pour la dernière signature, nous avons passé plus d’une heure à lire ensemble le dossier pour finir par apprendre qu’un des prêts ne s’était pas fait correctement. La date de remise des clés a donc été retardée. Tout était prévu. Mes parents s’apprêtaient à nous rejoindre avec leur camion. J’appelle pour annuler le déménagement. J’étais sur les nerfs, moi qui avais pris mon après midi pour qu’ils découvrent enfin la maison dont on leur a tant parlé. Ils sont quand même venus pour nous accompagner moralement et commencer à remplir le camion. Grâce à eux, le gros mobilier était déjà à une soixantaine de marches plus bas… Une journée après, nous avions les clés en main.
Ce jour, notre chat n’est pas rentré de sa balade sur les toits. L’arrivée de la pluie l’aurait pourtant incité à se mettre au sec, comme il le fait habituellement. Nous continuions malgré tout à remplir les cartons et les tâches administratives. Avec un bras et un chat en moins ce n’était pas la joie… Nous avons publié une annonce sur l’I-Cad et Pet Alert. L’information a été transmise à tout le voisinage. Grâce à l’aide de riverains qui ont imprimé des affiches gratuitement, nous avons pu informer encore plus de monde. Le déménagement s’est fait rapidement dans la semaine grâce à mes parents qui se sont déplacés plusieurs fois. Nos amis sont venus terminer le travail le weekend suivant. Quatre jours après la disparition d’Arthur, nous apprenons qu’une voisine l’a vu sur son toit. Nous étions un peu plus rassurés. Nous avons continué à coller des affiches sur les portes des immeubles et les poteaux. Une semaine après, nous nous rendions dans les immeubles donnant sur la rue parallèle. Certaines personnes possédent un jardin, d’autres ont la vue sur des cours intérieures, des parkings et des garages. Nous avons pu avoir accès à certains bâtiments dont les fenêtres des étages nous donnaient un vague aperçu des alentours. Quelqu’un nous a fait visiter son appartement nous décrivant l’agencement des bâtiments voisins. Il nous invite à laisser un message dans la boite aux lettres de ses voisines qui habitent dans un appartement plus en retrait de la rue. Au moment où nous rédigions le mot, une femme entre dans l’immeuble. Nous lui expliquons la raison de notre visite. Par chance, c’était la personne que nous voulions contacter. Elle nous invite chez elle en nous racontant que son chat s’était déjà retrouvé coincé dans le jardin du dessous. On monte sur sa mezzanine pour accéder à son toit. De là haut, j’ai commencé à appeler mon chat. De plus en plus fort… Tan pis si les voisins nous prennent pour des fous. J’entends des miaulements. Je reconnais Arthur tout de suite. Il était à nos pieds, quelques mètres plus bas. Je m’apprêtais à sauter quand la voisine me le déconseilla. Le vertige a pris le dessus et les branches des arbres m’auraient empêchée d’assurer le saut normalement. Elle prit le relais après avoir installé une échelle. Le chat s’est laissé porté avec un peu d’hésitation. Une fois Arthur en sécurité, la voisine revenait sur ses pas et se blessa en remontant l’échelle rouillée qui lui glissa des mains. Je lui propose de l’aide qu’elle refusa. Elle me dit qu’elle aurait été aussi heureuse que nous si quelqu’un avait retrouvé son chat. Les numéros échangés, nous sommes rentrés à la maison avec Arthur, heureux.
Je ne pensais pas qu’un chat pouvait répondre à son nom. Il l’a fait plusieurs fois depuis qu’il se balade dans les jardins des voisins. L’i-Cad est un site qui recense les animaux domestiques identifiés. D’où l’interêt de la puce électronique. La page Facebook Pet Alert se trouve être aussi un excellent moyen pour retrouver ses animaux. Les annonces sont partagées sur la page et tous les membres peuvent y avoir accès, ce qui multiplie les chances de retrouver son animal puisque sa description et le lieu de la perte y sont mentionnés. Nous sommes maintenant tranquilles dans notre jolie maison. Tout se passe bien, j’espère pour un bon moment…

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Les aventures de notre déménagement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s