Comment j’ai repris le sport non intensif


Capture d_écran (19)

L’Art de flâner


 

De l’école primaire au lycée, je faisais entre 4 et 6h de sport par semaine. J’ai pratiqué 8 ans de badminton et d’autres sports que je souhaitais découvrir. J’ai participé à des tournois et je ne ratais presque aucun entrainement. Un jour, j’ai tout arrêté pour accorder mon temps à mes études. Par la suite, il a été très difficile pour moi de reprendre une activité sportive régulière. Bien d’autres occupations remplissaient mon planning. Je sortais tous les weekends, je fumais et je me nourrissais que de bières et de plats presque encore moins bons que les croquettes pour chats. Pourtant, mon poids stagnait et je me sentais en pleine forme. Pendant 10 ans, le sport faisait partie de mes dernières préoccupations. Seulement, un jour, j’ai commencé à ressentir des douleurs dans le haut du dos et j’étais fatiguée au moindre effort. J’avais perdu mon endurance et ma souplesse. Je n’étais plus capable de rester assise pendant des heures, ne serait-ce que pour regarder un film ou faire de longues heures de route en voiture. Au plus je m’asseyais, au plus j’avais mal au dos. Je me suis inscrite dans des clubs à plusieurs reprises, parfois même avec des amis, mais toutes les raisons étaient bonnes pour arrêter et cela me décourageait fortement. Je cherchais une activité sportive que je pouvais pratiquer chez moi, quand je le voulais. Je refusais les contraintes. Je m’étais lancée dans le « 30 days squat challenge ». Vous savez, ce truc qui a été très à la mode sur les réseaux sociaux et dont le but est d’avoir un fessier en béton en peu de temps… J’ai tenu un bon moment mais les exercices étaient vraiment ennuyeux. Je ne voyais pas d’évolution réelle et je n’étais pas en plus grande forme pour autant. Pendant quelques années, je me suis étirée chaque matin. Ma mère m’avait donné ce conseil pour atténuer les douleurs dorsales. Cela me faisait déjà beaucoup de bien. En 2016, j’ai acheté un skateboard, sport que je pratiquais parfois étant enfant. J’avais envie de m’y remettre. Je réapprends donc les bases avec mon compagnon. Au dernier nouvel an, je me suis fixée certaines résolutions dont celle-ci: savoir faire le grand écart latéral ! D’habitude, je ne crois pas aux résolutions. Je pense juste que cette volonté de réussir est tombée pile au moment des fêtes… C’était peut être juste un hasard. Cet objectif faisait partie de ma plus grande motivation pour que je me remette au sport. Quand je faisais de la danse classique, je n’ai malheureusement jamais réussi à réaliser ce mouvement. Il n’est jamais trop tard pour apprendre quelque chose et je voulais me prouver à moi même que j’étais capable de devenir une jeune sportive pleine d’ambitions, comme je l’étais auparavant. J’ai commencé à tenir un « carnet de bord » sur lequel je notais ce que je faisais régulièrement pour atteindre mon but. Une séance durait en moyenne 10 minutes. Je vénère maintenant ces petits temps de relaxation. Il est plaisant de pouvoir reprendre là où on s’est arrêté il y a bien longtemps… Dès que je m’arrête pendant une période importante, les douleurs dorsales reviennent. J’ai tenu plus de 6 mois à m’exercer presque quotidiennement sur ces mouvements. Je n’arrive toujours pas à faire le grand-écart mais il y a une réelle évolution. Aujourd’hui, je fais une à deux séances par semaine. Elles durent désormais plus longtemps et j’effectue différents mouvements que j’apprécie  (du gainage, des squats, le pont, etc). Je me concentre aussi et surtout sur les étirements parce qu’avoir un dos « en forme » permet de passer des journées meilleures. Je m’entraine en écoutant des musiques assez dynamiques. Ce sport non intensif, peut se faire à l’intérieur comme à l’extérieur. Il n’exige pas forcément du matériel et cela peut permettre aussi de remplir le programme du dimanche. Avec ou sans musique, avec ou sans partenaire, il est toujours possible de réaliser des exercices de ce type. Pour avoir des idées d’entrainements, j’ai fait des recherches sur internet. Il existe de nombreuses applications ou vidéos en ligne.

Mes conseils

Choisissez les mouvements ainsi que le moment de la journée qui vous plaisent le plus. On entend souvent dire qu’il est déconseillé de faire du sport à certains moments de la journée mais si vous n’avez pas le choix, mieux vaut en faire quand vous pouvez plutôt que pas du tout. Trouvez des vêtements adéquats. Le pantalon dans lequel je me sens le plus à l’aise est celui ci: Decathlon et mon short vient du site MyProtein. Souvenez vous de ce que vous réalisiez étant plus jeune. Peut être qu’il y a un sport que vous aimiez faire et que vous avez arrêté parce que « ce n’est plus de votre âge », parce que ce n’est plus à la mode ou tout simplement parce que vous ne vous sentez plus à la hauteur. Je pense qu’il faut surtout croire en soi. Ne forcez jamais un mouvement s’il vous provoque des douleurs. Dans ce cas, faites marche arrière et recommencez doucement. Concentrez vous sur votre respiration. Je pense que la concentration joue un rôle important dans la qualité de votre travail. Notez vos objectifs, ainsi que vos évolutions, dans un carnet. Si vous n’atteignez pas la durée de votre séance, celle que vous vous fixez habituellement, ce n’est pas un problème.  Le plus important est d’y penser et de trouver les mouvements qui vous correspondent le plus pour ne pas abandonner en milieu de route. Même si vous n’arrivez pas à le faire très souvent, peu importe… L’évolution sera peut être plus longue mais le plus important n’est pas le temps mais le plaisir ressenti.


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s