Tijuana – 2011


L’Art de flâner


C’est un peu grâce à mes parents que j’ai pu prendre l’avion pour la première fois. Et ce pour 14h de vol de Bruxelles jusqu’à San Diego avec un arrêt à Chicago.  Avec mon amie, nous rejoignions ma cousine, que je ne remercierai jamais assez, pour dix jours. Je me souviens que mes parents n’étaient pas très convaincus de la sécurité qui régnait à l’époque, et encore aujourd’hui, au Mexique. Après plusieurs discussions bien argumentées, me voilà partie pour l’Amérique quelques jours après… C’est donc à Tijuana, au Mexique et plus exactement à Baja California, que nous logions. Si cette ville fût considérée comme la plus dangereuse du monde, jusqu’en 2001, nous n’avons vécu aucun problème lors de nos soirées ou visites touristiques. Nous allions parfois passer du temps à San Diego et à Los Angeles alors le retour à la frontière fût étonnant. Des enfants attendent derrière les grilles, espérant qu’un passager s’arrête pour leur donner quelques pièces. Les contrôles sont très importants. Les files d’attente peuvent parfois durer des heures. Les chauffeurs de taxi ne sont pas rares puisqu’ils profitent des touristes et des nombreux américains qui y passent leurs soirées. Cette ville est aussi spécialisée dans le « spring break ». Quand nous nous rapprochions du mur de séparation, nous apercevions au loin San Diego qui semble n’être qu’une carte postale accrochée dans la chambre d’un condamné. Des enfants, hommes et femmes ne sont devenus plus qu’un nom sur une croix en bois peinant à tenir sur ce mur de la « honte ». Depuis 1998, plus de 6000 individus sont partis de leur pays pour atteindre non pas une vie meilleure mais une mort causée, entre autres, par la déshydratation. Des policiers s’assurent que personne aujourd’hui n’empiétent ces tôles rouillées. Malgré cette histoire chaotique (qui est loin d’être terminée), nous avons passé d’excellents moments aux côtés d’une superbe famille mexicaine et de ma cousine qui nous ont accueillies comme des reines. C’est la première fois que je mangeais des tortillas aux haricots servies au petit-déjeuner. Un délice! C’est un peu au sud de Tijuana, à Playas de Rosarito qu’une jetée en bois arbore le paysage dont nous avions profité en faisant une balade à cheval. Nous nous sommes arrêtées à une terrasse face à la mer pour boire des Corona. Nous avons participé à la Beer Fest et roulé dans la vallée de Guadelupe pour faire une partie de la route du vin. La température à l’intérieur des terres peut atteindre plus de 40 degrés mais les paysages sont incroyables. Les maisons et immeubles sont, dans certains quartiers, colorés et parfois remplis de tags très artistiques. C’est à Tijuana que Carlos Santana découvrit la guitare et devint par la suite mondialement connu. La ville est reconnaissable par sa grande arche en acier égalisant presque les collines avoisinantes. Malgré certains souvenirs que j’ai pu oublier, ces moments passés là bas sont aujourd’hui l’équivalent d’une lumière inspirante que je n’oublierai jamais.

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s