Mars en résumé

 

Capture d_écran (13)

Mars

 

J’ai dégusté des Fish and Chips sur  le ferry en direction de L’Angleterre pour y retrouver ma cousine. J’ai passé une soirée à Londres dans le pub Pineapple et je me suis baladée à Waterloo Park. J’ai retrouvé le calme lors d’une marche dans les grottes et les gorges de Cheddar. J’ai flâné dans la superbe ville qu’est Brighton et dans les salles d’arcade de sa jetée en bois. J’ai découvert de la délicieuse cuisine asiatique chez Wagamama et turque à Ephesus. Je suis tombée amoureuse du magasin Futon Company et d’un sac à dos en cuir. J’ai vu le film Ce qui nous lie et dégusté de délicieux scones que j’ai à nouveau mangés après une préparation pour un goûter gourmand à la maison. J’ai appris à poser des dalles clipsables dans ma cuisine et j’ai rechargé mes batteries en m’arrêtant à L’Authentique, friterie de l’Avenue de Dunkerque à Lomme. J’ai commencé à lire Côte d’Ivoire, le pays déchiré de mon grand père de Sylvie Boquet N’Guessan. J’ai dégusté une bière que je ne connaissais pas à La Blonde, bar décalé du Vieux Lille. Je suis retournée au cirque Arlette Gruss et changé mon réfrigérateur pour un plus grand en bénéficiant d’une réduction de 100€ avec Samsung. J’ai acheté une veste que je cherchais depuis un moment et une brassière chez Lidl (oui oui… chez Lidl, vous avez bien lu). J’ai retrouvé une amie et passé la soirée en bonne compagnie au bar La Chapelle 2. J’ai fait de délicieuses trouvailles à la librairie Au Temps Lire et acheté des vêtements dans mon nouveau magasin coup de cœur Les pépites de clapettes, à Lomme.

 

 

Publicités

Février en résumé

Capture d_écran (8)

Février

 

J’ai participé à un concert au superbe Café/librairie/boulangerie Le Calibou de Godewaersvelde. J’ai retrouvé de nombreuses photos développées et commencé à trier des albums. J’ai découvert un superbe lieu de réception aux Salons du Pont-Neuf du Vieux-Lille. J’ai passé un bon moment de détente devant la pièce Le Journal de Brigitte Jaune au Spotlight et terminé la soirée à la crêperie Beaurepaire. Je suis rentrée pour la première fois dans La Halle aux sucres en participant à l’événement Vintage au kilo. J’étais de retour au Musée d’histoire naturelle pour L’exposition Bleue.  J’ai préparé un délicieux carrot cake, commencé la série Black Mirror et recommencé Stranger Things. J’ai terminé le bouquin Nous n’irons plus au bois, acheté des chaussures Mustang et quelques articles chez El Market. J’ai redécouvert le magazine Green Attitude et acheté L’agenda gourmand rempli de petites recettes variées et d’informations intéressantes sur la cuisine. J’ai cherché du matériel informatique chez Derotronic et Ma boutique Micro, rue Ernest Deconynck et rue de Douai.

 

L’étonnant couple de voyageurs Elisa & Max – BestJobers


FacebookInstagramSite


 

Elisa & Max c’est un couple de globe-trotters qui présente fabuleusement leurs voyages sur les réseaux sociaux. Tout a commencé quand ils ont décroché le « Meilleur job du monde » en 2013. Ils étaient partis pour une mission de 6 mois en Australie. Depuis, ils ne s’imaginent pas reprendre leurs vies d’avant. Parfois engagés par des sociétés, ils aident à développer leurs communications. Ancien photographe de mode et diplômée d’un Master en gestion de marketing mention tourisme, ils nous font aujourd’hui rêver en partageant leurs émotions, coups de cœur et rencontres vécus à travers le monde. Ils ont également gagné 2 Awards pour leur qualité de travail (Best Job in The World Winners/Tourism Australia et Clic d’Or 2017/Elu Meilleur Blog Voyage par l’ADONET). Le droit d’utilisation de leurs photos leur a été demandés mais si vous voulez en savoir plus, cliquez sur les liens de l’article.

 

Anaela nous parle de son penchant pour les vêtements vintage


InstagramVinted


Peux tu me donner une définition de la « slow fashion »?

La slowfashion c’est une nouvelle façon de consommer la mode. Exit les collections jetables qui s’abîment au premier lavage. La slowfashion ce sont des vêtements de qualité et faits pour durer dans le temps. C’est aussi une mode durable donc éthique et écologique dans sa conception, plus en accord avec les prises de conscience actuelles. Et le vintage est THE exemple de la slowfashion par excellence car on ne peut plus écologique et les articles sont de très belle qualité la plupart du temps. Les vêtements étaient créés pour durer à l’époque !

D’après toi, que représente un vêtement vintage?

Pour moi un vêtement vintage c’est avant tout un gage de qualité, d’un savoir faire passé. C’est aussi une façon de se démarquer car chaque pièce est unique. Un vêtement vintage c’est la rareté, un côté précieux, un objet qui a traversé les années et auquel il faut apporter une attention particulière. C’est un petit morceau d’histoire qui raconte les années 60, 80 ou même 90 à lui tout seul et d’un seul coup d’œil !

Depuis quand t’intéresses-tu aux vêtements vintage?

Je m’intéresse au vintage depuis toujours ou presque je pense. Certainement depuis que j’ai l’âge de faire mes propres choix vestimentaires. Mais le vintage ne s’arrête pas à la mode. Le goût pour les jolies choses du passé est global. Pour ma part j’aime tout autant la décoration, le mobilier, les voitures vintage, etc.

Connais tu une marque de vêtements vintage fabriqués France?

A force d’en porter j’en connais pas mal. Beaucoup ont disparu et sont inconnues au bataillon car ce sont des petites marques comme Ivoire de Laurence, PL Couture, Franck Mickael, etc. Mais d’autres existent toujours et ont une notoriété bien plus grande comme Pierre Cardin et Naf Naf.

Quel est ton objectif en vendant des vêtements vintage sur Internet?

J’aime trouver la perle rare et j’aimerais faire profiter les autres de ces petites pépites que je déniche souvent. Par ailleurs ces pièces sont de qualité. Ils sont la plupart du temps Made in France ou Europe et uniques, tout le contraire des chaînes de magasins actuels. J’apporte donc ma petite pierre à l’édifice de la consommation durable.

Connais tu des événements publics ayant un lien avec d’anciens vêtements?

Il y a de nombreux événements et salons vintage en lien ou même dédiés à la mode. Au cours de l’année il y en a dans chaque grande agglomération. En trois clics chacun et chacune devrait trouver son bonheur.

Quel est le vêtement le plus ancien que tu as chez toi?

Si je pouvais les faire parler pour le savoir je serais curieuse de les entendre! Mes petites boucles d’oreilles des années 60 raconteraient leurs folles soirées tandis que mon bombers Levi’s années 80 se souviendrait de là où il baroudait…

De quoi dépend le prix attribué à une vêtement dit « vintage »?

Selon moi il dépend de l’état, de la qualité des matières et des finitions, de la pièce en elle-même, de la marque et enfin de la rareté/originalité du produit.

D’où viennent tes inspirations?

Mes inspirations viennent aussi bien d’aujourd’hui pour suivre la tendance actuelle que d’hier. Je m’inspire d’Instagram, de magazines de mode et vintage, des blogs mode et des photographes de mode d’époque. J’adore la photographe Louise Dahl Wolfe. C’est une pionnière dans la photographie de mode, la première à avoir photographié la femme en extérieur. A sa façon elle a beaucoup œuvré pour la liberté de la femme et ses photos sont superbes. Je pourrais porter chaque vêtement que l’on peut voir dans ses photos !

Où peut on trouver ta collection? 

Ma vitrine se trouve sur Instagram. J’y poste des pièces et en avant-première pour que vous puissiez repérer vos coups de cœur. Et pour l’instant la boutique en ligne est sur le site Vinted. 10% sont offerts pour tous mes followers d’Instagram. A très bientôt les amoureux et amoureuses du vintage ! 

Jennifer, passionnée par la pâtisserie


Capture d_écran 2018-02-18 à 17.13.07

Facebook


 

Cela fait maintenant 5 ans que Jennifer se passionne pour la pâtisserie. Actuellement en 2é année de BTM (Brevet Technique des Métiers) pâtisserie, elle n’hésite pas à « kidnapper » la cuisine de son entourage pour partager et proposer son expérience culinaire.

A quel moment as-tu décidé de devenir pâtissière?

Je me suis retrouvée sans activité du jour au lendemain. Étant une personne active, je n’en pouvais plus de rester chez moi à ne rien faire! J’ai donc commencé à faire des gâteaux comme des cakes, biscuits ou des moelleux. C’est en étant complimentée par ma famille que j’ai eu l’envie d’en faire encore et toujours plus. C’est un métier tellement varié, il y aura toujours une revisite à faire, un choix énorme de mélange de saveur ou de texture. C’est un métier créatif et artistique. Faire de l’art, qui se mange. Pour quelqu’un comme moi qui suis touchée par toute forme d’art et très gourmande, cette activité me correspond forcément !

Quelles études as tu suivi?

Après la 3é, je suis allée en BEP sanitaires et sociales, chose qui n’a rien à voir avec la pâtisserie! Et à vrai dire, il n’y avait que les cours de cuisine qui me plaisaient. Disons que j’y suis allée pour faire plaisir à maman. J’ai eu une année sans activité. J’ai passé le CAP pâtisserie en 1 an en suivant une formation pour adulte. J’ai continué ensuite en Mention Complémentaire pâtisserie. Je suis maintenant en 2é année de BTM Pâtisserie.

Quel projet d’évolution as-tu? 

Je rêve d’ouvrir un salon de thé. Comme je suis ambitieuse et déterminée, je ferai tout pour que cela arrive!

Où peut on trouver tes fabrications?

Avant je tenais un blog et une page Facebook mais depuis que je suis en BTM, je n’ai franchement pas le temps de partager mes photos. Pour trouver mes fabrications, il faudra passer par Amiens, là où je travaille.

Sur quel type de fabrication aimes tu le plus travailler?

J’aime travailler sur le chocolat. C’est assez complexe mais j’adore ça. Faire des pièces en chocolat, ça m’éclate! J’aime beaucoup le travail du sucre aussi, parce que j’en fais rarement. J’ai encore énormément de choses à savoir là dessus! J’ai soif de savoir.

Ressens tu le besoin de cuisiner chez toi?

Elle est drôle cette question parce que quand mon chef m’a demandée ce que j’allais faire pendant les vacances, j’ai répondu tout naturellement  »bah, des gâteaux ». Donc oui, j’ai besoin de patisser très régulièrement.

Parle moi des différents métiers qui existent dans ton domaine

 

 

 

 

Laure, passionnée de graphisme


 

SiteInstagram


Actuellement en terminale, Laure s’est tournée vers le bac professionnel communication pluri média. C’est aussi en dessinant sur son temps libre que son talent est mis en œuvre puisqu’elle partage ses créations et ses inspirations sur son site internet.

Pour quelle raison t’es tu lancée dans le graphisme?

Je me suis lancée un peu au hasard en regardant des vidéos et des photos de dessins qui me plaisaient beaucoup. Je me suis amusée à apprendre le dessin par moi-même. Au collège, par exemple, je dessinais sur mes cahiers de brouillon pour m’exercer.

Vers quel métier souhaites tu te tourner?

J’aimerais devenir designer de produit ou de packaging pour des grandes marques de cosmétiques.

Quels logiciels utilises-tu pour la réalisation de tes dessins? 

Dans l’ordre d’utilisation j’utilise Photoshop, Illustrator et InDesign.

Raconte nous quelques un de tes devoirs que tu as du faire en lien avec ta passion

J’ai réalisé une plaquette de présentation pour une résidence qui va se construire à Pau et lors d’une évaluation j’ai parlé de la conséquence des femmes dans la publicité, la violence et des femmes girafes pour un magazine virtuel.

Quelles sont tes inspirations? 

Je m’inspire beaucoup des magazines comme Grazia et Elle. Je passe également du temps sur Pinterest et Youtube.

Quel conseils aurais tu à donner pour réaliser son rêve? 

Je dirais qu’il faut de la motivation, de la rigueur et surtout il ne faut pas lâcher. De mon côté j’ai toujours aimé dessiner et je veux en faire mon métier car pour moi c’est très important de s’y plaire.

 

Janvier en résumé


IMG_6800

L’Art de flâner


 

Le mois a commencé par une visite au Tripostal. Des légos s’y trouvaient et chacun pouvait y apporter sa créativité et ainsi bâtir une ville surnommée Fantasticité. De très beaux livres étaient exposés dans la boutique. J’ai mangé des délicieuses Kouignettes® et découvert la superbe biscuiterie-chocolaterie Larnicol du Vieux-Lille. J’ai acheté des graines de Chia, un élastique d’étirement et de l’huile de coco chez Nature et Découvertes. Je suis retournée flâner à la Vieille Bourse et fait quelques repérages chez Sostrene Grene. J’ai acheté des cartes Vidal sur les arbres et les fleurs provenant de ma librairie préférée actuelle Au Temps Lire de Lambersart. J’ai vu le groupe Del Preston au Midland et passé un peu de temps dans la chouette salle d’arcade Bobble Café de Lomme. J’ai fêté L’Epiphanie et marché 7kms à la Citadelle. Je me suis arrêtée à La Ginguette et dégusté un plat délicieux en plein après-midi au restaurant du Vieux Lille L’arrière-Pays. J’ai participé à un blind test au bar La Chapelle 2 et passé une soirée au Tir Na Nog. J’ai fait une halte à La p’tite boulangerie (que je conseille pour ses desserts et son chocolat chaud). J’ai découvert pour la première fois le Primark d’Euralille pendant les soldes et pris acquisition d’un haut (non soldé évidemment). J’ai commencé à lire Les mémoires d’un bébé et je continue la série La fête à la maison sur Netflix.

 

 

Février 

Les objets uniques et personnalisés de « Perles de Bois »


 FacebookInstagramEtsy


Perles de Bois est le nom donné à l’activité d’Emi, 26 ans, créatrice de décoration d’intérieur dans les Hauts-de-France.

Parles moi de ta première création

La première création que j’ai réalisée était un tableau imitation palette en blanc vieilli représentant une map monde peinte à la main dans les tons gris foncé. Je l’ai réalisé en août 2017.

Qu’est ce qui t’as donné l’envie de te lancer dans la décoration d’intérieur?

En réalité tout à commencé avec ce tableau. Je voyage assez régulièrement avec mon conjoint et je m’intéressais à l’achat d’un tableau imitation bois sur lequel serait représentés une map monde et les différents pays que j’ai visités. N’en trouvant pas dans le commerce, j’ai commencé à chercher sur Pinterest mais c’était vraiment trop couteux alors j’ai décidé de le faire moi-même. Je me suis donc lancée en m’inspirant de certains modèles. J’avais peur que le bois de palette soit trop lourd à accrocher au mur. J’ai donc trouvé une alternative. Par la suite j’ai réalisé d’autres créations que je voulais utiliser pour ma décoration personnelle mais suite aux commentaires positifs de mes proches je voulais tenter de les mettre en vente. Si ça fonctionnait j’en aurais refait pour moi. Dans le cas contraire, ils auraient trouvé leurs places dans mon intérieur. Finalement, ils ont été vendus et je n’ai pas encore eu le temps d’en faire pour moi !

Parles moi brièvement de ton activité

Concrètement je me suis lancée il y a un peu plus de 6 mois maintenant. J’ai créé un compte Instagram et une page Facebook en même temps afin d’être présente sur plusieurs réseaux sociaux. Ayant fait des études en marketing et communication, j’ai essayé de mettre à profit mes compétences pour utiliser au mieux ces outils. Je crée des articles très différents sur mon temps libre pour éviter la monotonie.

Quels sont les principaux matériaux que tu utilises?

J’utilise le bois pour les tableaux et les planches mandala, mais aussi les plumes et les coquillages pour les juju hats et les attrape-rêves et enfin de la laine, de la dentelle, des rubans, des créations en crochet, des perles… Pour les plumes, j’en utilise beaucoup pour fabriquer les juju hats. En ce moment, c’est quelque chose qui plaît. J’ai commencé par m’en créer et j’en ai mis en vente pour voir si ça fonctionnait. Les gens ont répondu présents en me passant des commandes personnalisées. À partir de là, j’ai réfléchi pour fabriquer des juju hat différents et c’est alors que ceux avec le centre en crochet et à pointes irisées sont nés. Depuis, je fonctionne principalement à la commande. J’ai beaucoup de demandes personnalisées, surtout pour des juju hats. J’ai pleins d’idées en tête que j’aimerais mettre en place mais je n’ai pas encore eu le temps ! Actuellement pour moi c’est très pratique de me spécialiser dans les juju chats car comme je n’ai pas d’atelier c’est compliqué de couper du bois à l’extérieur par ce temps. Je préfère attendre les beaux jours pour m’y remettre.

Quel est ton ordre de prix?

En moyenne, pour un juju hat je fixe le prix  à partir de 30€ et pour un tableau à 20€ selon les dimensions. J’essaye de proposer des prix assez raisonnables et accessibles pour tous.
Je préfère qu’une cliente craque pour l’une de mes créations, qu’elle se fasse plaisir sur un produit à un prix raisonnable et qu’elle soit satisfaite de la qualité des produits pour qu’elle revienne vers moi.

Comment te vient l’inspiration?

En naviguant sur Pinterest, Instagram, Facebook et en me rendant dans les magasins de décoration pour la maison pour suivre les tendances du moment. En ce moment, ce sont les tendances mandala et bohème qui plaisent alors j’essaye d’adapter mes produits. Je réalise aussi des choses que j’aimerais avoir dans mon intérieur, dans les couleurs que j’aime et je vois si ça fonctionne. Je compte aussi beaucoup sur le feeling. Parfois je vois un élément en magasin et je réfléchis à ce que je pourrais en faire… J’ai pas mal de matériel en stock et je les sors au fur à mesure quand une idée me vient en tête. Quand je commence une création qui n’est pas issue d’une demande particulière, je ne sais jamais à quoi elle ressemblera une fois terminée.

 

Est-il possible de se faire livrer tes créations?

Oui, je fonctionne principalement par Mondial Relay. Les frais de port sont à la charge du client. Je me suis orientée vers ce moyen parce que les tarifs sont raisonnables. J’accepte également d’envoyer les produits par La Poste.

 

Pourquoi le nom Perles de bois?

J’ai choisi ce nom car je voulais qu’il soit en lien avec le bois qui est un matériau que je voulais travailler. Les perles font le lien avec celles que j’intègre dans mes attrape-rêve. Il y a quelques années, je fabriquais beaucoup de bracelets avec des perles comme ceux d’Hipanema. J’ai toujours aimé les activités créatives et surtout les perles. Ce nom me plaisait bien et il était disponible. Il est court, facile à retenir et regroupe les deux éléments que j’aime utiliser.

 

As tu un projet particulier dans la suite de ton travail? 

Pour le moment non. Je continue mes petites créations tranquillement. Je ne cherche pas forcément à me développer  car j ai un travail à côté et de gros projets personnels. Je ne veux pas être submergée afin de garder le plaisir de créer. J’espère trouver le temps de créer et de proposer des nouveautés très prochainement et continuer à faire plaisir à travers mes créations. J’aimerais, pourquoi pas, m’associer avec d’autres créatrices de la région ou d’ailleurs pour proposer une gamme limitée de produits qui mettrait en valeur notre savoir faire. Dernièrement, j’ai eu la chance de travailler avec deux blogueuses: Irinapeal et LittleBoho qui sont toutes les deux connues sur instagram et qui m’ont commandée des juju hats.  On peut d’ailleurs retrouver l’une de mes créations sur un article dédié à Noël de LittleBoho.

Les photos ci-dessus ont été prises par LittleBohoBlog [SiteInstagram]

Au revoir 2017


IMG_5336

L’Art de flâner


– Au Revoir –

L‘Australie et le van qui t’a parcourue

La pluie du Main Square Festival qui a transformé notre tente en passoire habitable

Reims, ton marché et l’ampleur de ta cathédrale

Paris et ton musée de l’Orangerie

Le musée de l’aviation et le salon du Bourget

Arlette Gruss et tes circassiens étonnants

Lille, ton zoo, ton musée d’histoire naturelle

Ton Palais de la bourse et ta patinoire

Ta braderie, ton championnat de skateboard

Tes nombreux bars et restaurants

Vianney Lefebvre et tes expositions de peinture

La fête de la citrouille de Marquillies

Deûle et Lys en fête et les rendez-vous au Colysée

La neige

Les rencontres

Amis et famille

∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴∴

BONJOUR 2018 →